Denis Robert (né le 9 mai 1958 à Moyeuvre-Grande) est un journaliste et écrivain français. Son œuvre se compose principalement de romans et d'essais (souvent qualifiés de journalisme d'investigation).

Il suit des études de psychologie et effectue un DEA de Psycholinguistique. Après avoir lancé un fanzine en Lorraine, Santiag, en 1982, il "monte" à Paris pour rejoindre la rédaction du mensuel Actuel où il ne restera qu'une année. Il intègre fin 1983 la rédaction de Libération où il sera journaliste pendant douze ans, d'abord en tant que correspondant dans l'Est de la France puis chargé des affaires politico-financières du service « Société ». Il en démissionne en 1995 pour consacrer tout son temps au métier d'écrivain. Il avait déjà publié deux romans, Chair Mathilde, aux éditions Bernard Barrault, en 1991, et Je ferai un malheur, chez Fayard, en 1994. Mais c'est un essai Pendant les affaires, les affaires continuent qui le fait connaître à un plus grand public au début de l'année 1996. Cette même année, Denis Robert réunit sept grands magistrats anti-corruption pour lancer l'Appel de Genève pour la création d'un espace judiciaire européen afin de lutter plus efficacement contre le crime financier. Cet appel fait l'objet d'un livre La justice ou le chaos, paru la même année. Suivront une dizaine de romans et autant d'essais, dont ses enquêtes récentes sur la multinationale de la finance Clearstream.

Parallèlement à ces livres, Denis Robert a réalisé ou co-réalisé cinq documentaires pour le cinéma, d'abord, avec le cinéaste Philippe Harel, Journal intime des affaires en cours, 1998), pour la télévision ensuite : Le cahier (1999), Les dissimulateurs (2001), Histoire clandestine (2002), L'affaire Clearstream racontée à un ouvrier de chez Daewoo (2003).