Isabelle Eberhardt (17 février 1877 à Genève - 21 octobre 1904 à Aïn-Sefra, Algérie) est une écrivaine suisse d'origine russe, et française de par son mariage.

Elle était d'une mère anarchiste exilée et d'un père inconnu. Elles s'installent à Bône en 1897. Une fois là, Isabelle Eberhardt fuit les Européens et décident de vivre comme une musulmane et s'habille en homme bédouin. Sa mère morte, elle vivra plusieurs mois en nomade et rencontrera Slimane Ehni, musulman de nationalité française, suspecté par les autorités françaises d'espionnage. Elle l'épouse en 1901 et obtient ainsi la nationalité française.

Mais, elle est expulsée d'Algérie vers Marseille lorsqu'elle est agressée par une confrérie soufie hostile à la sienne. Son mariage lui permet de pouvoir revenir en Algérie française et de devenir collaboratrice au journal Akhbar. Elle se trouve à Aïn-Sefra pour témoigner au journal des troubles près de la frontière marocaine. L'officier Lyautey apprécie sa compréhension de l'Afrique, mais l'oued se transforma en torrent furieux et la ville fut emportée. Slimène fut retrouvé vivant, mais Isabelle, affaiblie par le paludisme, n'avait pas pu fuir. Lyautey se préparait à lui confier une mission auprès des tribus locales.

Ses récits ont été publiés après sa mort et présentent la réalité quotidienne de la société algérienne au temps de la colonisation française. Ses carnets de voyage et ses journaliers rassemblent ses impressions de voyage nomade dans le Sahara.